Comprendre et tirer profit de la lumière en photo culinaire

 

Quels sont les éléments qui vont directement influencer la lumière que recevra mon sujet ? Comment apprendre à les maîtriser ?

Lorsque j’ai débuté en photographie culinaire, j’avais peur d’être dépendante de mon environnement et de ne pas pouvoir photographier ce que je voulais quand je le voulais. Je me suis donc lancée dans l’apprentissage de la lumière artificielle afin de pouvoir me libérer de la météo et de la faible luminosité de mon petit appartement et j’ai vraiment été bluffée par le résultat ! Lorsqu’une lumière artificielle est bien maîtrisée, il est quasiment impossible de la distinguer d’une lumière naturelle. Les photos de cet article ont d’ailleurs toutes été prises à l’aide d’un projecteur !

Pour parvenir à ce résultat, il est primordial de comprendre comment fonctionne la lumière et c’est ce que j’ai tenté de vous expliquer dans cet article :) Une fois ces notions acquises, nous verrons comment identifier le style souhaité pour vos images, ainsi que les techniques pour y parvenir. Et croyez-moi, il est tellement rassurant de pouvoir recréer un environnement propice à la prise de vue sans se soucier de son environnement.

Alors, on y va ?

 
 
ophelie-delmarle-photographe-culinaire-nestor.jpg
 
 

- 1  La distance entre la source de lumière et le sujet

La distance entre la source de lumière et le sujet affecte la quantité de lumière qui se reflète sur le sujet.

Plus je m’approche de la source de lumière, plus la lumière est intense.

Plus je m’éloigne de la source de lumière, plus la lumière est faible.

Lorsque la source de lumière et le sujet sont très proches (moins de 20cm), doubler la distance qui les sépare réduit la lumière de 75%. Cette perte de puissance de la lumière n’est toutefois pas proportionnelle : elle s’atténue au fur et à mesure que la source de lumière s’éloigne. En photographie culinaire, cette règle s’appelle “inverse-square”.

 
 
paul-passeron-blog-cuisine-cours-6.jpg
 
 

- 2  La hauteur du sujet par rapport à la source de lumière

La hauteur de la lumière impacte directement la distance et la direction de la lumière : Plus le sujet et la source de lumière seront à égale hauteur, plus la lumière sera puissante. La règle “inverse-square” que nous avons vue précédemment s’applique d’ailleurs à ce cas de figure.

 
 
ophelie-delmarle-photographe-culinaire-nestor.jpg
 
 

- 3  La taille apparente de la source

Comme nous avons pu le voir aux points N°1 et N°2, une grande source de lumière ne donne pas forcément une lumière plus forte qu’une petite source de lumière. La quantité de lumière dépend de la distance et de la hauteur entre la source de lumière et le sujet.

Lorsque l’on parle de “taille actuelle” d’une source de lumière, on parle de sa dimension et de sa magnitude. Lorsque l’on parle de “taille apparente”, on parle de sa taille par rapport au sujet, en prenant en compte la distance entre les deux.

Prenons le soleil : sa taille actuelle est de plusieurs centaines de kilomètres, mais sa taille apparente est en réalité minuscule de là où se trouve mon sujet, c’est-à-dire sur terre.

Mais comment identifier la source de lumière ? 

Si je shoote en extérieur et qu’il fait beau, ma source de lumière est le soleil.

Si je shoote en extérieur et qu’il fait nuageux, ma source de lumière est le plafond nuageux.

Si je shoote en intérieur à la lumière artificielle, ma source de lumière est le projecteur.

Si je shoote en intérieur à la lumière naturelle, ma source de lumière est la fenêtre (sauf si j’utilise un diffuseur ou un réflecteur, qui devient ma source de lumière principale, au même titre que les nuages).

 
 
paul-passeron-blog-cuisine-cours-3.jpg
 
 

- 4  Quelles conséquences sur mes images ?

En fonction des 3 paramètres que nous avons vu précédemment, la nature de la lumière qui se diffusera sur votre sujet sera directement impactée. Elle deviendra être “douce” ou “dure”.

La lumière dure crée des ombres tranchantes (transition abrupte, avec peu de dégradé entre l’ombre et la lumière). Elle se crée par une grande distance entre la source de lumière (petite en apparence) et le sujet.

La lumière douce crée, comme son nom l’indique, des ombres douces. Elle se crée par une faible distance entre la source de lumière (grande en apparence) et le sujet.

C’est la même chose pour les portraits ! Lorsque quelqu’un vous prend en photo sous le soleil, beaucoup d’ombres se retrouvent projetées sur votre visage (votre nez, vos joues), qui apparaît alors plus dur. Lorsque le temps est couvert, les nuages sont office de diffuseur. Ce sont eux, la source de lumière ! Votre photo est donc plus douce, moins marquée.

Pour choisir l’une des deux, tout dépend du mood que l’on souhaite donner à sa photo. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, la lumière douce n’est pas forcément le standard de beauté d’une photo : une lumière dure peut créer des images fortes, avoir un impact sur la tridimensionnalité d’un sujet, esthétiquement et émotionnellement. En effet, les ombres sont importantes pour apporter de la texture, de la profondeur et de la dimension au sujet. Elles sont un excellent moyen de transformer des images “passables” en images incroyables, puisqu’elles créent généralement des visuels plus originaux que le style clair et doux que l’on a l’habitude de voir.

 
 
paul-passeron-blog-cuisine-cours-4.jpg
 
 

- 5  Comment maîtriser la lumière pour atteindre le style souhaité ?

Si vous prenez vos photos en intérieur, vous pourrez plus facilement maîtriser la lumière qui se projette sur votre sujet.

La première étape consiste à choisir votre source de lumière en fonction de l’effet souhaité  :

Une source de lumière petite ou éloignée du sujet (le soleil, un flash d’appareil photo, une lampe de poche) entraînera une lumière dure et projettera ainsi des ombres sur le sujet.

Une source de lumière large ou rapprochée du sujet (les nuages par temps couvert, un diffuseur de lumière, un parapluie de lumière) entraînera une lumière douce et ne projettera pas d’ombre sur le sujet.

La deuxième étape vise à identifier la lumière de fond, c’est-à-dire la lumière qui va rebondir depuis la source sur toutes les surfaces alentours : les murs blancs de votre pièce, le tee-shirt noir que vous portez, etc. Cette lumière de fond aura un impact direct sur votre sujet ! C’est pourquoi, pour de belles images avec un rendu souhaité, elle doit être intentionnelle et non pas subite. 

Pour créer une lumière de fond intentionnelle, placez stratégiquement un ou plusieurs réflecteurs autour du sujet :

Un fond blanc réduira les ombres, puisqu’il réfléchira la lumière.

Un fond noir accentuera les ombres, puisqu’il absorbera la lumière.

Attention, il est bien plus facile transformer une lumière dure en lumière douce, que de transformer une lumière douce en lumière dure. C’est pourquoi le choix fait à l’étape N°1 reste déterminant.

 
ophelie-delmarle-photogtaphe-voyage-culinaire-12.jpg
 

Et vous, quelles sont vos techniques pour créer une belle lumière ? :D

A bientôt,

Ophélie

 

 

Si le sujet de la photographie culinaire vous intéresse, je vous invite à découvrir mon article sur les 5 angles de prise de vue et dans quels cas les utiliser pour créer des images percutantes !

 
Ophélie Delmarle